Telegraaf-Mensheid-pers1333
الرئيسية / CINEMA TELEGRAAF PERS / Le cinéma saoudien

Le cinéma saoudien

Le cinéma saoudien était présent du début des années 1950 jusqu’à la fin des années 1970. Le premier film local est apparu en 1950 après JC et s’intitulait « Les Mouches », avec Hassan Al-Ghanem, dont le nom est entré dans l’histoire en tant que premier acteur de cinéma saoudien

Les cinémas ont commencé à se développer dans quatre villes saoudiennes : Riyad, Djeddah, Taif et Abha

Jusqu’à ce que le nombre de cinémas rien qu’à Djeddah atteigne 30. Certains cinémas étaient également présents dans certaines régions du Royaume, comme Dammam, dans les années soixante-dix. Si de nouveaux cinémas étaient autorisés à s’établir, les films projetés étaient soumis à une censure préalable, les films non désirés étaient interdits et des lois strictes étaient mises en place pour punir les contrevenants

Les cinémas se sont répandus dans les rues principales de Riyad, tout comme le Caire, Beyrouth et d’autres capitales arabes. Jusque dans les années 1970, le cinéma restait une pratique courante dans le Royaume, soutenue par certains hommes d’affaires, et une grande partie était de nature documentaire. Quant au public, il les regardait avec intérêt dans les « cours » réservées aux projections de films, situées pour la plupart dans les clubs sportifs. Les films variaient entre les documentaires traditionnels, les films égyptiens et les films « d’action » indiens. Puis le véritable début de la production cinématographique saoudienne remonte à 1966 après JC, date de la production du film « Remords de conscience » du réalisateur saoudien Saad Al-Fraih, avec l’acteur saoudien Hassan Dardir. PERS

عن editor

شاهد أيضاً

Ahwash-kunsten met de ritmes van de wereld

Ahwash-kunsten met de ritmes van de wereld Nederlandse versie                 Speciaal: Onze correspondent: Abderrahim Fakir Idrissi …

اترك تعليقاً

لن يتم نشر عنوان بريدك الإلكتروني. الحقول الإلزامية مشار إليها بـ *

Telegraaf-Mensheid-pers1333