Du dossier des Marocains victimes

Fiche  de Synthèse

Du dossier des Marocains victimes

d’expulsion arbitraire d’Algérie en 1975

1/Rappel des faits

              Le 18 décembre 1975, le jour de la célébration de la fête du sacrifice du prophète Abraham, le gouvernement algérien  procédait, sans sommations, à  l’expulsion massive et arbitraire, vers le Maroc,  de  45.000 familles soit environ 500.000 marocains établis en toute légalité sur le territoire algérien depuis des décennies et dont certains avaient pris part à  la guerre de libération de ce pays

Cette manœuvre, mûrement planifiée par les dirigeants de l’époque  s’est déroulée  dans des conditions abominables et a connu  de graves violations des droits humains (rafles au travail ou à l’école, séquestrations dans les geôles des commissariats, expropriations des demeures, confiscations des biens, intimidations, humiliations, tortures voire  viols sur les femmes dans certains cas). Les victimes ont été dépouillées de tous leurs biens acquis durement durant leur longue période  de résidence en Algérie

Des centaines de familles mixtes ont été disloquées suite à la séparation violente et forcée des couples mixtes qui a causé  de graves traumatismes  aux enfants et aux  conjoints ciblés.

Déportés vers les villes frontalières marocaines, les victimes expulsées ont vécu des années durant  sous des tentes dressées à la hâte par les autorités marocaines avec le soutien de la Croix Rouge Internationale.

Les déportés  ont dû recommencer leurs vies à nouveau au Maroc avec les maigres ressources dont ils ont bénéficié de la part  de l’Etat marocain. Cela a entraîné un profond  bouleversement dans leur mode de  vie et laissé des séquelles psychologiques graves  du fait des préjudices endurés lors de cette exaction massive.

2/ Défense  des droits des victimes

 L’Association des Marocains Victimes d’Expulsion Arbitraire d’Algérie (AMVEAA)  a été créée en 2006 à Rabat  pour défendre les droits  des victimes marocaines spoliés par les dirigeants algériens de l’époque.

A cet effet, ses actions à l’échelon national et international s’inscrivent, d’abord,  dans une perspective de devoir de mémoire à accomplir dont sont investis  les descendants des victimes qui ont été également touchés par cette exaction dans la fleur de l’âge.

 L’AMVEAA s’active aussi à  défendre le droit des victimes à la réparation juste et équitable du  préjudice matériel subi et ce, par la  restitution,  par l’Etat algérien, de tous les biens dont les victimes marocaines ont été dépossédés avant leur expulsion arbitraire.

Les requêtes à ce sujet auprès des autorités algériennes n’ayant donné aucun résultat, l’AMVEAA  a décidé de porter l’affaire des marocains expulsés d’Algérie sur la scène internationale et notamment devant les instances onusiennes de défense des droits de l’homme tels que le Conseil des Droits de l’Homme des Nations Unies à Genève, le Comité de Protection des Droits des Travailleurs Migrants et des Membres de leurs familles (CMW) etc.…

Les efforts de l’Association ont été couronnés de succès et c’est ainsi que le Comité des Travailleurs Migrants a formulé sur la question de la déportation forcée de 1975 des   migrants marocains installés en Algérie, les recommandations ci-joints en annexe.

L’AMVEAA a aussi organisé le 17 Décembre 2012 à la Chambre Fédérale de Belgique une séance d’audition de certaines victimes marocaines de la tragédie de 1975 détentrices de nationalités européennes.

3/Attentes des victimes des Instances Internationales.

 L’action de l’AMVEAA sur le plan international se situe dans le cadre des objectifs qu’elle s’est fixés et qui tendent à :

  1. La recherche de l’appui et de l’assistance des instances internationales chargées des droits de l’homme  pour La réparation équitable  des préjudices moraux et matériels infligés aux  victimes 
  2. L’ouverture d’une enquête impartiale pour la détermination des   responsabilités au sujet des exactions commises durant l’événement de l’expulsion massive ;
  3. L’incitation du gouvernement algérien à la mise en application des recommandations du 30 Avril 2010 émises par le Comité pour la Protection des Droits des Travailleurs Migrants relevant du Conseil des Droits de l’Homme des Nations Unies 
  4. L’incitation du gouvernement marocain à appuyer les efforts entrepris par L’AMVEAA dans son combat pour le recouvrement des droits des victimes de la déportation massive d’Algérie

عن editor

شاهد أيضاً

في الدورة 55 لمجلس حقوق الانسان

Historisch record… La presse dit : Un corner préparé et présenté par le journaliste Abderrahim …

اترك تعليقاً

لن يتم نشر عنوان بريدك الإلكتروني. الحقول الإلزامية مشار إليها بـ *