Telegraaf-Mensheid-pers1333
Home / société/Bedrijf / Kenza El Mokdasni

Kenza El Mokdasni

Les réminiscences de Kenza El Mokdasni

 LE MATIN 18 janvier 2011 à 15:37

sharethis sharing buttontwitter sharing buttonfacebook sharing buttonwhatsapp sharing buttonlinkedin sharing button

Les réminiscences  de Kenza El Mokdasni

Pétillants de vie et de jeunesse, tels sont les tableaux de l’artiste peintre Kenza El Mokdasni qui expose actuellement ses dernières œuvres au Théâtre Mohammed V.

Avec leurs couleurs chatoyantes, leurs formes surréelles, les paysages mais surtout les personnages qui peuplent d’espace toile de l’artiste donnent l’impression d’être tout droit sortis des rêves de cette dame. En les couchant sur ses tableaux, elle remémore son enfance qu’elle a vécue dans un Maroc qu’elle a quitté pour vivre pendant 30 ans aux Pays-Bas. Et c’est dans l’exil qu’elle a décidé de prendre le pinceau pour exorciser ses démons intérieurs et assouvir sa soif de l’art. Pour cela, il lui a suffi de voir une émission sur Chaïbia pour que son destin bascule. En donnant libre cours à son imagination et à une impulsion artistique qu’elle ne peut réprimer, Kenza El Mokdasni marche sur les traces de sa grande idole feu Chaïbia, qui l’a mise sur le chemin de la peinture. Lui vouant une admiration et une adoration sans faille, la plasticienne avoue qu’elle s’identifie au style de la grande artiste naïve. C’est donc sans hésitation qu’elle l’a adopté. «Sans cette grande figure de la peinture mondiale, je n’aurais pas eu la chance d’exprimer mon talent inné et de libérer mes rêves».

Résultat, les tableaux de Kenza sont aussi généreux en couleurs et en formes. Ils renvoient aux dessins qu’exécuterait un enfant de bas âge. Et c’est ce même enfant, qui sommeille au fond de l’artiste, qui tient le pinceau et guide sa démarche. Les émotions que dégagent ses toiles sont ceux d’une nostalgique de l’enfance.

Elles dénoncent également un amour fou pour les arts et la peinture. Une véritable passion qu’elle traîne depuis sa tendre enfance à Tétouan et qu’elle manifestait à travers des œuvres où elle peignait nature morte et autres personnages qui l’entourent. Fidèle à cette vocation, Kenza n’a pas laissé ses responsabilités conjugales l’en éloigner.

Elle n’a jamais cessé de caresser le pinceau et de courtiser le chevalet en attendant le moment propice pour laisser éclore sa vocation. La flamme qui ne s’est pas éteinte a été ravivée par son identification à Chaïbia. «Subjuguée par la sensibilité de Chaïbia qui a laissé derrière elle le souvenir d’un Maroc profond, libre et tolérant, j’essaie d’interpréter à ma guise le monde qui m’entoure avec joie et spontanéité». Une transposition, si touchante, qui ne laisse personne indifférent.

Paroles de critiques d’art

Kenza, peintre autodidacte, dessine depuis sa tendre enfance. Elle incarne la pure tradition marocaine et conçoit une peinture onirique liée à la nostalgie de ses origines et aux souvenances de son pays d’appartenance, dont la palette est généreuse et harmonieuse. Ses espaces plastiques sont marqués par une gestualité éloquente et une spontanéité à l’instar des peintres de l’art brut (initié par Jean Dubuffet, fondateur du musée d’art brut à Lausanne) qui se présente selon les mots de Jean-Clarence Lambert, critique d’art, comme une « mise en symbiose des formes modernes avec les formes populaires ». Quant au critique d’art Abdellah Cheikh, il constate que cette tisseuse d’œuvres originales et sensibles donne un exemple de spontanéité et de sincérité et qu’elle ne laisse s’installer aucune facilité, aucun procédé normatif, aucune tournure scolaire. « Chaque tableau renouvelle l’aventure, génère son propre mode de croissance. A travers sa première exposition qui se veut une initiative symbolique à plus d’un titre, l’artiste nous invite à découvrir ses univers poétiques, qui favorisent la méditation et excitent l’imagination de celui qui les contemple. Ses peintures disent aux générations futures que vivre ne s’arrête jamais. Tout continue sans cesse, différemment », renchérit-il.

 

About editor

Check Also

Arrivée à Riyad de M. Akhannouch pour représenter Sa Majesté le Roi à trois réunions au sommet

Le Chef du gouvernement, M. Aziz Akhannouch est arrivé jeudi soir à Riyad, pour représenter …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Telegraaf-Mensheid-pers1333